Livi-Connect-logo
Commencer

Soignez vos patients à distance en vidéo

  • check
    Sûr, sécurisé et confidentiel
  • check
    Simple et facile à utiliser
  • check
    Gratuit pour tous les professionnels de santé

Préparez-vous

Créez un environnement sûr et professionnel

Installez-vous dans un endroit tranquille privé de distractions. Les consultations vidéo doivent toujours se dérouler dans un lieu qui garantit la confidentialité du patient.

Recréez l’environnement de votre cabinet médical. Un arrière-plan neutre dépourvu d’objets personnels ou de cadres photo fera plus professionnel et offrira moins de distractions aux patients durant les téléconsultations.

Placez-vous en face d’une source de lumière. Ça peut être une fenêtre ou une lampe de bureau. Assurez-vous également que les patients peuvent voir clairement votre visage. La qualité de votre vidéo risque de baisser si la source de lumière est derrière vous ou sur le côté.

Configurez et testez votre matériel

Assurez-vous que votre connexion internet est stable. Si possible, utilisez un câble pour connecter votre ordinateur à internet. Ces connexions sont souvent plus stables que le Wi-Fi.

Avant votre première consultation, testez votre caméra et votre micro pour vous assurer qu’ils fonctionnent correctement. Vous pouvez faire un test avec un proche ou un collègue par exemple. Les casques avec micro intégré offrent la meilleure qualité sonore.

Placez la caméra au niveau de vos yeux. Sous cet angle, votre visage est bien visible et les patients peuvent mieux percevoir vos expressions faciales et autres signaux non verbaux.

Procédez à la consultation

Restez à l’écoute et maintenez le contact visuel

Il est essentiel de bien rester à l’écoute et de maintenir le contact visuel durant les téléconsultations. De nombreux patients découvrent encore ce mode de prise en charge, il est donc important qu’ils se sentent à l’aise et en sécurité.

Si vous devez rompre le contact visuel pendant un long moment, dites clairement au patient ce que vous faites et pourquoi. Vous êtes peut-être en train de prendre des notes, de consulter une information sur un autre écran, ou vous devez juste éteindre votre caméra ou votre micro un court instant. Ainsi, vous donnez au patient la sensation d’être toujours écouté.

Parlez sans ambiguïté et expliquez bien au patient ce qu’il est en droit d’attendre de la téléconsultation.

Examinez et collaborez avec le patient

Lors d’une téléconsultation, l’examen initial d’un patient peut très vite mettre en évidence des symptômes qui nécessitent une prise en charge médicale urgente, comme une respiration anormale ou des signes de traumatismes physiques par exemple. Après cet examen initial, un examen plus poussé du patient peut être effectué.

La participation des patients est cruciale lors des téléconsultations. En tant que professionnel de santé, vous devez collaborer avec le patient plus que vous ne le feriez durant une consultation classique.

Commencer

Quelques exemples de collaboration entre praticiens et patients lors d’une consultation vidéo

  • Demander au patient d’aller chercher son thermomètre pour prendre sa température.
  • Demander au patient de pointer l’appareil photo de son smartphone vers le fond de sa gorge afin que vous puissiez l’examiner. La fonction torche du smartphone permettra d'obtenir un meilleur éclairage. Cela peut être délicat pour le patient, mais vous pourrez le guider en lui donnant des indications comme « pourriez-vous rapprocher l’appareil photo de votre bouche » ou « veuillez déplacer votre téléphone un peu vers la droite » par exemple.
  • Lors d’une consultation vidéo avec un enfant, demander au tuteur légal de pointer la caméra vers leur enfant tandis que vous leur parlez. Observer l’enfant pendant qu’il interagit ou joue peut être très utile pour déterminer son état de santé.
  • Lors de l’examen de symptômes orthopédiques, demander au patient de caler son smartphone pour que vous puissiez examiner ses mouvements. Voir tout le corps du patient peut être utile dans certains cas.
  • Lorsque vous rédigez des notes médicales, faites une distinction claire entre les constatations réelles que vous avez effectuées en tant que praticien et ce que le patient a rapporté. Par exemple : « le patient signale un pouls de 70 battements par minute ».

En partenariat avec